Déontologie

Je suis les principes déontologiques en tant que professionnel de la santé d’une part, et des principes déontologiques personnels en tant que praticien en hypnose et PNL d’autre part :

  1. code de déontologie des praticiens de l’art infirmier belge :

INTRODUCTION
Ce code précise les valeurs et les éléments qui doivent guider la pratique infirmière.
Il vise une pratique qui intègre les recommandations internationales et respecte les lois et règlements en vigueur.
Grâce à ce code, les praticiens de l’art infirmier espèrent offrir à tous les bénéficiaires, des soins
de qualité respectant les normes nationales et internationales de la pratique infirmière.
Par ce code, les praticiens de l’art infirmier souhaitent mieux intégrer les effets de l’évolution de
la société et des sciences de la santé.
Les praticiens de l’art infirmier souhaitent que leurs conditions de travail permettent l’application
intégrale des recommandations de ce code.
Ce code comprend des dispositions:
1. générales
2. sur l’exercice de l’art infirmier
3. sur les relations entre le praticien de l’art infirmier, le bénéficiaire de soins et sa famille
4. sur les relations entre collègues
5. sur les relations avec les autres prestataires de soins
6. sur le rôle du praticien de l’art infirmier dans la société
DISPOSITIONS GÉNÉRALES
Art.1 -L’Art infirmier est au service de l’Homme. Le praticien de l’art infirmier prodigue ses soins
hors des considérations d’âge, de race, de sexe, de croyance, de culture, de nationalité et de
politique. Il respecte la personne, promeut la santé et participe à sa restauration. Il soulage la
souffrance, accompagne le mourant, sa famille et le processus de deuil.
Art. 2 -Quelle que soit l’intégrité physique, psychique ou sociale de la personne humaine, cette
dernière sera toujours digne des soins du praticien de l’art infirmier.
Pour toute personne juridiquement capable, le praticien de l’art infirmier œuvrera pour faire respecter sa volonté. En cas d’incapacité juridique du bénéficiaire de soins, il agira selon sa conscience en tenant compte de la législation en vigueur.
L’EXERCICE DE L’ART INFIRMIER
Art. 3 -Le praticien de l’art infirmier dispense des soins infirmiers en accord avec les normes de la
profession, en se maintenant à jour et en développant ses connaissances professionnelles.
Art. 4 -Le praticien de l’art infirmier assure une dispensation globale des soins infirmiers répondant aux besoins des individus.
Art. 5 -Hormis en cas d’urgence, le praticien de l’art infirmier doit refuser l’exécution d’un acte
s’il estime ne pas être suffisamment compétent ou qualifié. Dans ce cas, il doit signifier son refus
et les motifs de sa décision aux demandeurs.
Art. 6 -Dans l’exercice de sa profession, le praticien de l’art infirmier fait preuve d’une pratique
qui honore sa profession et contribue à son amélioration.
Art. 7 -Le praticien de l’art infirmier s’efforce de participer au développement des connaissances
professionnelles basées sur la recherche scientifique.
Art. 8 -Le praticien de l’art infirmier prend soin de sa propre santé et veille à l’amélioration des
conditions de travail permettant de rencontrer les objectifs de la profession. Il s’efforce de
s’engager professionnellement.
LE PRATICIEN DE L’ART INFIRMIER, LE BÉNÉFICIAIRE DE SOINS ET
SA FAMILLE
Art. 9 -Le praticien de l’art infirmier a le droit d’invoquer la clause de conscience pour refuser sa
participation à un soin.
Art. 10 -Le praticien de l’art infirmier respecte la législation relative aux droits des patients ; il est
lié par les obligations résultant de la protection de la vie privée et du secret professionnel.
Art. 11 -Dans l’exercice de son art, le praticien de l’art infirmier œuvre au respect des droits, des
valeurs, des us et coutumes et des convictions de l’individu.
Art. 12 -Le praticien de l’art infirmier s’assure de la continuité des soins.
Art. 13 -Dans le cadre de l’exercice de l’Art de soigner, le praticien de l’art infirmier, recueille le
consentement du patient et l’associe à la prise en charge de ses soins et de l’évolution de sa santé.
Le praticien de l’art infirmier dispense ses soins dans le cadre de l’éducation à la santé.
Art. 14 -Le praticien de l’art infirmier informe le patient, si nécessaire en concertation avec le
médecin et les autres prestataires de soins. Avec son accord, il informe son entourage et l‘associe
aux soins.
Art.15 – Dans le cadre des soins au patient, le praticien de l’art infirmier prête attention à la
famille et la soutient.
Art. 16 -Seul l’intérêt du patient peut amener le praticien de l’art infirmier à recommander
certains produits ou matériels.
LES RELATIONS ENTRE COLLÈGUES
Art. 17 -Le praticien de l’art infirmier fait bénéficier ses collègues de ses compétences et de son
expérience professionnelle.
Il confronte régulièrement son point de vue à celui de ses collègues.
Art. 18 -Le praticien de l’art infirmier ne peut jamais transmettre une tâche à un collègue avec
l’intention de fuir ses propres responsabilités.
Art. 19 -Le praticien de l’art infirmier soutient la confiance du patient envers ses collègues.
Art. 20 -Le praticien de l’art infirmier s’abstient de tout détournement de clientèle et respecte le
libre choix du patient.
Art. 21 -En cas de risque grave pour la santé d’un patient suite aux agissements d’un collègue, le
praticien de l’art infirmier interpelle ce collègue. En cas d’urgence, il prend les mesures qui s‘imposent pour protéger le patient.
Art 22 -Le praticien de l’art infirmier crée un environnement propice à l’apprentissage des étudiants qui lui sont confiés. Il leur délègue des tâches en rapport avec leur formation. Il les aide à
développer leurs compétences et leur autonomie.
LES RELATIONS AVEC LES AUTRES PRESTATAIRES DE SOINS
Art. 23 –Dans l’intérêt du patient, le praticien de l’art infirmier collabore avec les autres prestataires de soins.
Art. 24 -Le praticien de l’art infirmier promeut activement la collaboration interdisciplinaire
indispensable pour une prise en charge optimale du patient.
Dans cet esprit, il s’efforce de participer aux réunions interdisciplinaires auxquelles il est convié.
Art. 25 -Le praticien de l’art infirmier respecte la relation entre le patient et les autres prestataires
de soins.
Art. 26 -Si le patient nécessite des soins d’un autre praticien, le praticien de l’art infirmier
l’informe des différentes possibilités et lui laisse le libre choix.
Art.  27  – Le  praticien  de  l’art  infirmier  doit  refuser  d’exécuter  une  prescription  médicale  ou
l’injonction d’un supérieur
1)  quand il estime ne pas avoir les compétences requises pour exécuter la tâche
2)  s’il  a  des  raisons  suffisantes  de  penser  que  l’acte  demandé  peut  avoir  des  conséquences
néfastes, graves et sérieuses pour le patient.
Dans ces circonstances, il en informe immédiatement le médecin et/ou son supérieur.
RÔLE DU PRATICIEN DE L’ART INFIRMIER DANS LA COLLECTIVITÉ
Art. 28 -Le praticien de l’art infirmier s’efforce de participer au développement de la qualité de
santé de la collectivité.
Art. 29 -Lors des soins, le praticien de l’art infirmier aura toujours à cœur d’utiliser de façon
optimale et rationnelle les ressources mises à sa disposition par la société dans le cadre des
différentes contraintes budgétaires et légales.

Ont participé au groupe de travail :Annemie Ernst, Aldo Spettante, Edgard Peters, Jean-Marc
Hulin, Michel Foulon, Ellen Verpeet, Yves Mengal, René Tytgat et Anne-Marie Gérard-Solé.
  A.C.N.  Avenue Hippocrate, 91 1200 BRUXELLES
  F.N.I.B.  Rue de la Source, 18 1060 BRUXELLES
  K.P.V.D.B.  Hillstrasse, 5 4700 EUPEN
  N.N.B.V.V.  Bronstraat, 18 1060 BRUXELLES
  N.V.K.V.V.  Vergote Square, 43 1030 BRUXELLES

2.  Déontologie concernant ma pratique en tant que praticien en hypnose et PNL :

  • primum non nocere : première devise en médecine « avant tout, ne pas nuire ».
  • confidentialité : en tant que professionnel de la santé, je suis tenu au secret professionnel. Concrètement, je ne peux rien divulguer de la consultation sans votre accord.
  • professionnalisme : je suis garant de mes qualifications. Mes certificats et mes diplômes sont disponibles à tout moment. Ma pratique et ma théorie sont continuellement et régulièrement mise à jour par la formation continue, les séminaires, les congrès, les supervisions. De par ma formation paramédicale dans la santé physique et dans la santé mentale, je reconnais mes compétences dans certains domaines, et mes limites dans d’autres domaines. c’est pourquoi, je ne consulte pas des personnes atteintes de maladie psychotique, ou les enfants en dessous de l’âge de 14 ans, par exemple.
  • responsabilité : je n’ai pas d’obligation de résultat comme tout autre professionnel de la santé. En revanche, j’ai une obligation de moyens afin de mettre toutes mes compétences à votre soulagement, et à atteindre votre objectif, à condition d’être dans une démarche qui ne porte atteinte à votre intégrité physique ou psychologique ou celles d’autres personnes.
  • restrictions : je ne fais pas de diagnostique. je ne prescris pas de traitements médicamenteux. Si le problème est hors de mes compétences, je vous adresserai vers un autre professionnel de la santé dont c’est la compétence. je refuse toute demande d’un tiers qui recherche un avantage illicite ou immoral ou qui fait acte d’autorité abusive dans le recours à mes services.

 

Et comme le disait Ambroise Paré au XVIème siècle, à propos de la médecine :

La médecine

c’est guérir parfois,   soulager souvent,  consoler toujours.

Ce qui était vrai par le passé, reste une réalité d’aujourd’hui et de demain quelque-soit la discipline médicale ou le soin.

Pour plus de renseignement, envoyez-moi un message en cliquant sur contact