Les phobies

 

1- Qu’est-ce que la phobie ?

C’est une anxiété ou une peur irrationnelle face à une ou plusieurs situation(s) et /ou face à un ou plusieurs objet(s) phobique(s).

Il existe plusieurs types de phobie comme décrit dans le DSM5 (dernière version du manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux qui est la référence en psychiatrie) :

la phobie spécifique : peur ou anxiété à propos d’un objet ou d’une situation spécifique. C’est ce que l’on appelle la phobie simple.

la phobie sociale : peur ou anxiété intense d’une ou plusieurs situation(s) sociale(s) durant laquelle ou lesquelles le sujet est exposé à l’éventuelle observation d’autrui.

l’agoraphobie : peur ou anxiété marqué par 2 ou + des 5 situations suivantes : 1) utiliser les transports en commun, 2) être dans des endroits ouverts, 3) être dans des endroits clos, 4) être dans une file d’attente ou dans une foule, 5) être seul à l’extérieur du domicile.

– exposé à cette phobie, la personne ressent au moins 4 des 13 symptômes du trouble de panique qui peuvent être : 1) palpitation, 2) transpiration, 3) tremblements ou secousses musculaires, 4) sensations de souffle coupé ou impression d’étouffement, 5) sensation d’étranglement, 6) douleur ou gène thoracique, 7) nausée ou gène abdominale, 8) sensation de vertige, d’instabilité, de tête vide ou impression d’évanouissement, 9) frissons ou bouffées de chaleur, 10) paresthésies, 11) déréalisation ou dépersonnalisation, 12) peur de perdre le contrôle de soi ou de devenir fou, 13) peur de mourir.

Les phobies sociales et l’agoraphobie font partie des phobies complexes.

2- Quelle peut être la cause d’une phobie ?

Cela peut débuter suite à une période dépressive, un deuil, une agression, une maltraitance. L’anxiété ou la phobie peut être transmise par un parent également.

Elle s’installe plus ou moins accidentellement, mais les causes ne sont pas toujours évidentes. La phobie se met en place discrètement pour devenir envahissante.

Certaines phobies ne sont pas gênantes : par exemple, avoir la phobie des crocodiles quand on vit en Belgique. D’autres peuvent être handicapante comme la phobie des chiens en Belgique.

3- Les mécanismes de défense

Dans certains cas la phobie est elle-même un mécanisme de défense contre l’anxiété ou l’angoisse. Si une personne a une anxiété généralisée, elle peut mettre toute cette anxiété (inconsciemment) sur un objet. Ce même objet pouvant être évité. En conséquence, la personne échappe par la même occasion à cette anxiété ou angoisse qui est éloignée. L’autre mécanisme de défense contre l’anxiété peut se transformer en TOC (trouble obsessionnel compulsif) où la personne éloigne son anxiété à travers des rituels par exemple.

Et justement, l’évitement fait partie du mécanisme de défense contre la phobie. Il existe aussi l’objet contra phobique.

4- Quelques conséquences provoquées par la phobie ?

Dans la phobie, il y a souvent un manque d’estime de soi. Sans ce manque d’estime de soi, la personne pourrait affronter la phobie et le regard des autres.

Par ailleurs quand une personne a une phobie, elle dépense beaucoup d’énergie à le cacher aux autres souvent à cause d’un sentiment de honte vis-à-vis de cette phobie. Imaginons que cette personne trouve la force d’avouer sa peur : une fois avouée elle n’a plus à le cacher, et une fois qu’elle n’a plus à le cacher, elle est libérée de toute l’énergie qu’elle mettait à le cacher. Et de cette énergie qui se libère, elle peut le réinvestir positivement.

Plus de la moitié des phobiques vont déclencher un épisode dépressif. Ce qui majeur encore une fois le manque d’estime de soi, et renforce l’anxiété, et la peur.

5- Comment se débarrasser de cette phobie ?

Le travail se fera surtout sur le plan émotionnel, et moins sur le plan rationnel, car par définition la phobie est une peur irrationnelle, exagéré par rapport à la réalité. La personne phobique sait tout ceci, mais ne peut pas s’empêcher d’être anxieuse et/ou d’avoir une peur panique face à un objet ou une situation.

-la psychanalyse : parfois le succès peut apparaître après plusieurs années,

-les techniques cognitivo-comportementales : après plusieurs mois de consultation, c’est assez efficace.

la programmation neuro-linguistique (PNL) ou l’hypnose : en quelques séances. S’il s’agit d’une phobie simple, elle peut être supprimée en 2 séances. Pour les phobies complexes, il faut patienter quelques semaines avec plusieurs séances.

Pour plus de renseignement, ou pour prendre un rendez-vous, cliquez ici : contact.