L’insomnie

Trouble du sommeil

(En particulier l’insomnie)

Le sommeil est capital pour notre santé, et notre survie. Il occupe un tiers de notre vie, ce qui veut dire qu’une personne de 60 ans aura dormi 20 ans environ.

Malheureusement un tiers de la population en Belgique et en France se plaigne de souffrir d’insomnie selon une étude menée par l’INSV/MGEN en 2015.

Le sommeil est effectivement peu considéré dans notre société, puisqu’il est souvent perçu comme une perte de temps. A ceci s’ajoute un emploi du temps surchargé, et parfois une prise de drogue (quelque-soit sa forme), et/ou des médicaments perturbant ce besoin fondamental.

 

1- Le sommeil, sa durée, ses cycles

 

Les besoins en sommeil sont de 8 heures par nuit. Ceci est une moyenne puisque nous n’avons pas les mêmes besoins individuellement.

Il y a deux périodes plus propice au sommeil dont l’endormissement y est naturel : entre 0 et 7h d’une part, et entre 14h et 16h d’autre part.

Nous faisons 4 à 6 cycles de 90 min en moyenne par nuit.

La composition du cycle est la suivante :

– somnolence (stade I) correspondant aux ondes bêta

– sommeil lent léger (stade II) = sensible aux stimuli extérieurs et correspond aux ondes théta sur l’EEG (l’électro-encéphalogramme)

– sommeil lent profond (stade III et IV) = stade très important qui a tendance à diminuer avec l’âge. C’est un stade où peuvent apparaître les terreurs nocturnes et le somnambulisme. Il correspond aux ondes delta sur l’EEG.

– sommeil paradoxal = il est paradoxal car l’activité cérébral est rapide avec des mouvements oculaires alors que l’on observe une atonie musculaire. C’est la période où l’apparition des rêves est plus favorable.

En début de nuit le sommeil léger prédomine, puis le sommeil profond devient plus important en fin de nuit.

 

2- Causes possibles de l’insomnie

 

– maladies (reflux gastro-oesophagien, asthme, apnée du sommeil, syndrome des jambes sans repos, etc…),

– médicaments (la cortisone, certains psychotropes, etc…)

– psychologique (stress, anxiété, dépression, etc…)

– environnement (bruit, lumière, chaleur, travail de nuit, etc…)

Il faut savoir que le sommeil est favorisé en grande partie par une baisse de la température corporelle grâce à la mélatonine qui est synthétisé par la glande pinéale. La sécrétion de mélatonine est favorisée par un environnement propice.

Le sommeil peut être aiguë et réactionnel à un stress, ou chronique si le problème de sommeil perdure quotidiennement pendant plus d’un mois.

 

3- Conséquences possibles du manque de sommeil

 

– fatigue,

– irritabilité,

– vie familiale et sociale perturbée,

– céphalée,

– anxiété (apparition ou majoré)

– manque de concentration,

– trouble de la mémoire,

– accident de travail,

– accident de la voie publique

Les conséquences peuvent donc être dramatiques dans certains cas.

 

4- Comment traiter les problèmes d’insomnies

 

S’endormir est un savoir-faire inconscient. On trouve le sommeil quand on ne se pose pas la question de le chercher. D’ailleurs plus on y pense et moins on y arrive.

Donc un des moyens efficace est de débrancher le conscient et d’activer l’inconscient :

C’est exactement ce que propose de faire l’hypnose pour retrouver un sommeil réparateur, utile et efficace.

Par ailleurs une récente étude a relevée des points communs à plusieurs centenaires :

– ils se couchent tôt,

– ils se lèvent tôt,

– ils font tous une sieste,

– ils ne consomment pas de somnifère.

Bref, ils n’ont pas de dette de sommeil.

Pour plus de renseignement ou pour un rendez-vous cliquez : contact